Comment rentabiliser les escargots en deux jours ?

L’association Bantu Development Initiative e.v , soucieuse d’agrandir le marché de l’héliciculture, se propose de sensibiliser la jeunesse Camerounaise en les formant à l’achatiniculture

En Amérique, en Europe et en Afrique subsaharienne, la consommation d’escargots, une viande riche en protéines est très courante. Au Cameroun, l’Héliciculture (élevage d’escargot) est une filière porteuse qui pourtant peine à se développer. Selon des experts, sa contribution dans le produit intérieur brut peut aller de 2 à 5% si l’on y injecte les moyens financiers nécessaires pour soutenir le secteur  encore en gestation. L’élevage des escargots, bien que répandu au Sud-Ouest du Cameroun reste une industrie embryonnaire. Les héliciculteurs inexpérimentés cherchent encore leurs marques dans l’économie. Un marché très fragile, car on enregistre chez les escargots un taux de mortalité de 20 à 50%. De quoi faire réfléchir ceux qui veulent se lancer.

L’association Bantu Development Initiative e.v , soucieuse d’agrandir le marché de l’héliciculture, se propose de sensibiliser la jeunesse Camerounaise en les formant à l’achatiniculture. Cette dernière est une branche de l’héliciculture qui est spécialisée dans l’élevage des escargots géants africains. La participation s’élève à 25.000 XAF et se fait en contactant l’un des numéros des coordonnateurs. La formation se tiendra du 7 au 8 novembre à Yaoundé dans un local situé derrière le collège Nkoldongo.

Elle aura pour but l’encadrement des participants dans les domaines techniques et la recherche du financement et sera constituée de plusieurs modules avec une possibilité de financement à la hauteur de 2500€ soit 1.623.573, 21 XAF. L’économie Camerounaise est-elle prête à donner une chance aux escargots ?

agri.jpg

Ingrid Nkomo

Laisser un commentaire