Préparer sa retraite, un casse-tête pour la jeunesse

Préparer sa fin de carrière lorsque l'on est encore en activité est un challenge énorme pour la plupart de jeunes camerounais. Pour cela, ils doivent faire face à plusieurs défis pour espérer avoir une retraite paisible

Le départ à la retraite sonne toujours comme un tournant important dans la vie d’un travailleur. C’est un moment particulier qui marque la fin d’un riche parcours professionnel au sein d’une entreprise après de longues années de travail, pour laisser place à une autre vie moins intense que la première.

Un rendez-vous que certains attendent souvent impatiemment, et dont ils ont même hâte d’y être au plus vite. Cependant, l’idée que chaque retraité se fait de sa nouvelle vie est fonction des mesures que chacun a pris pour la vivre paisiblement. C’est la raison pour laquelle, la joie de certains retraités contraste souvent avec la tristesse des autres qui considèrent ce moment comme un coup du sort. Vue sous d’angle, cela sous-entend qu’au fond, il y a un gros problème au niveau de la préparation. Et cela nous emmène à nous interroge sur les dispositions que prennent les uns et les autres, surtout les jeunes aujourd’hui pour préparer leur nouvelle vie de retraité.

La retraite est une nouvelle étape qui se présente avec son lot de nouveaux défis à surmonter. Ce n’est pas toujours une affaire d’argent, même si parfois plusieurs retraités se plaignent de vivre dans la précarité. C’est d’abord, et avant tout de trouver un véritable équilibre dans cette nouvelle vie sachant que, le quotidien d’un retraité est rythmé par d’autres contraintes qui ne sont plus liées à son ancien statut.

Auparavant c’étaient les rencontres interminables entre collègues au bureau ou encore les sorties récréatives, les rendez-vous d’affaires à gérer, courir tous les matins pour emprunter un moyen de transport, rentrer le soir parfois à des heures tardives, et le lendemain il faut se lever tôt pour affronter une nouvelle journée. Avec la retraite, cette vie hyper active s’arrête. Même si maintenant il y a plus de liberté de faire ce dont on a envie, de décider de ce qu’on veut faire et quand il faut le faire sans avoir à demander l’avis de qui que ce soit. Seulement, il n’est pas toujours aisé pour un ex-employé de se défaire de ses anciennes habitudes.

Il y aura toujours cette nostalgie des moments partagés au cours de sa carrière. C’est la raison pour laquelle, pour réussir la transition entre sa vie professionnelle passée et celle de la retraite, il n’y a pas de formule magique. Il faut tout simplement se préparer.

Selon la loi de 1969 sur le droit à la pension au Cameroun, pour bénéficier d’une pension retraite, chaque employé doit cotiser à la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNPS).

Et cette loi stipule que pour pouvoir prétendre à une pension de vieillesse, le candidat doit être âgé de 60 ans et avoir au moins 20 ans de couverture et au moins 180 mois de cotisations, dont 60 mois durant les 10 dernières années et avoir cessé toute activité rémunérée. Le montant mensuel de la pension de vieillesse est égal à 30 % de la rémunération mensuelle moyenne des travailleurs assurés au cours des trois ou cinq dernières années (selon le montant le plus élevé) majoré de 1% de la rémunération mensuelle moyenne pour chaque période d’assurance de 12 mois supérieure à 180 mois.

La pension minimale correspond à 50% du salaire minimum légal, la pension maximale à 80% de la rémunération mensuelle moyenne de l’assuré. Indique la plateforme Votresalaire.org/ Cameroun dans une de ses publications. Mais cette pension ne suffit pas toujours à joindre les deux bouts, surtout, lorsque les charges familiales sont importantes. 

 Hors mis la pension retraite qui est presque un acquis pour une personne qui paye régulièrement ses cotisations, il existe aussi d’autres solutions pour mieux préparer sa retraite. Encore que la retraite ne sonne pas forcement la fin de toute activité pour un individu. Pour certains c’est l’occasion de même mettre en valeur leur expertise ou encore se convertir dans une autre activité.

C’est le cas par exemple de Fabien, responsable financier dans une entreprise dans la ville de Douala qui s’est lancé dans une formation en investissement immobilier

 « Je travaille dans une entreprise qui fais dans le reconditionnement du papier tous formats. Je suis responsable Administratif et Financier. Chaque jour je m’occupe des dossiers de retraites des autres employés qui comme moi se préparent aussi à la retraite un jour.  Pour ce faire, voici comment je prépare la retraite : Tout d’abord, Je m’adonne à me former pour me lancer dans l’investissement de l’immobilier car étant à la retraite cet investissement va me permettre de déployer d’autres projets rentables qui permettent de les financer à basse échelle, et pourvoir continuer à mieux vivre sans accuser réellement un surcoût dû au départ à la retraite. Car il faut avouer que la pension retraite ne représente pas Grand-chose surtout lorsqu’on n’avait pas revenu important au moment de la période active ».

Les banques et les sociétés d’assurance proposent aussi des formules permettant aux employés de préparer leur retraite en ouvrant un compte retraite ou encore une assurance retraite qu’ils pourront bénéficier au moment où ils seront en arrêt d’activité.

De plus en plus de jeunes préfèrent investir dans le secteur agroalimentaire qui offre non seulement une indépendance financière, mais également un bon plan retraite. Ce n’est d’ailleurs plus un secret pour personne, de nombreux hommes d’affaires au Cameroun ont fait fortune en se lançant soit dans l’élevage, l’agriculture… des secteurs porteurs qui sont de véritables source de richesse. C’est la raison pour laquelle à défaut d’être eux-mêmes porteurs d’un projet agricole, certains jeunes injectent de l’argent via des levées de fonds pour le développement des entreprises agro- industrielles qui ont du mal à avoir le soutien d’une banque. En retour de cet investissement, ils vont percevoir des dividendes en fonction de leur placement. Au cours de ces dernières années, on a vu plusieurs projets du genre au Cameroun qui ont bénéficié d’un financement participatif. Et sur le long terme selon l’avis des experts, ces entreprises vont connaître une croissance importante. De quoi se frotter les mains pour ses actionnaires.

Même si certains garde leur sérénité sachant qu’ils pourront toucher leur pension le moment venu, chez d’autres c’est tout le contraire. Ils n’ont pas l’esprit tranquille. Anny, une responsable marketing dans une agence de communication nous livre ici sa désillusion :

« Préparer la retraite pour moi ce sont des lourds mots employés, et déclaré haut et fort qu’on prépare une retraite serait à mon humble avis un peu prétentieux de notre part. Nous faisons face à une crise économique bouleversante qui écrase tous à son passage, et ses pots cassés la jeunesse en paie le prix fort. Il y’a deux ans je pouvais m’estimer en phase avec une préparation de la retraite avec bien sur les cotisations mensuelles faites à la base par mon employeur et bien sûre une cotisation mensuelle faite auprès de ma banque afin de me soutenir au mieux lorsque mes forces me lâcherait. Mais depuis peu avec les choses devenant de plus en plus difficile je me vois faire face à une dure réalité. ».

À côté de ce cas, il y a celui des jeunes qui n’ont pas un travail décent ou peinent encore à trouver un travail. Pour eux, parler de préparer sa retraite, cela relève de l’utopie. Car leur premier objectif est d’abord de subvenir à leur besoin élémentaire. Les revenus qu’ils perçoivent ne permettent pas toujours d’épargner convenablement au regard des besoins qu’ils doivent faire face. Il y a quelques années, la CNPS (Caisse Nationale de Prévoyance Sociale) a mis sur pied un programme permettant aux usagers du secteur informel ou tout autre personne de pouvoir cotiser pour sa pension retraite de manière volontaire. Au départ les cotisations qui se faisaient de manière régulière, ont commencé à ne plus l’être, tout ceci à cause du manque des moyens. La plupart ont perdu leur emploi ou on fait faillite dans leurs affaires. Existe-t-il une solution infaillible permettant aux jeunes de bien préparer leur retraite ?   

Charles Binelli

Laisser un commentaire