Carte jeune biométrique : l’engouement de la jeunesse est encore loin des attentes

Depuis sa mise en service, la jeunesse camerounaise ne se bouscule pas comme l’aurait imaginé le gouvernement pour entrer en possession de la carte jeune biométrique.

Annoncée comme une solution mise en place par le gouvernement pour améliorer les conditions de vie des jeunes camerounais. La carte jeune biométrique reste encore pour le moins une pièce qui est loin de faire l’unanimité auprès de ceux pour qui elle a été conçue. Pourtant toutes les dispositions ont été prises pour que celle-ci soit délivrée aussitôt que la demande est faite par les bénéficiaires. Mais le processus semble se heurter à de nombreuses difficultés. 

Depuis sa mise en service, la jeunesse camerounaise ne se bouscule pas comme l’aurait imaginé le gouvernement pour entrer en possession de la carte jeune biométrique. Ça a tout l’air d’un non évènement. S’il faut s’en tenir au fait, qu’il n’y a véritablement pas un intérêt de la part de la jeunesse autour de cette pièce. En dehors de l’opération spéciale d’enrôlement lancée en 2022 par le MINJEC, laquelle a permis à 100 jeunes d’être détenteur de cette carte.  À ce jour, il est objectivement difficile de faire un bilan sur le nombre de personnes qui sont déjà rentrées en possession de leur carte. Pourtant, l’objectif était de distribuer dans un premier temps 75 000 cartes aux jeunes. 

Les avantages de la carte jeune biométrique

La carte jeune biométrique a été pensée pour être un véritable outil d’insertion professionnel. Une réponse aux problématiques de la population jeune. C’est la résultante du plan triennal spécial jeunes. Elle est destinée aux jeunes de 15 à 35 ans et valide pour 5 ans. Elle offre un éventail d’avantages auxquels ont droit les personnes en possession de cette carte. Parmi lesquels  les facilités d’accès et de réduction de prix des produits et services ainsi que les offres de stages de formation ou qualification. Tout ceci en partenariat avec les entreprises ou encore les acteurs sociaux impliqués dans cette nouvelle vision d’accompagnement de la jeunesse. Mais son obtention est fragilisée pour diverses raisons. L’une des raisons et certainement celle qui explique le regard indifférent des jeunes. C’est le processus qui a été mis en place pour avoir sa carte jeune biométrique. 

Le processus d’obtention de la carte et ses lenteurs

Les demandeurs de la carte doivent se rendre dans un Centre Multi-fonctionnel de la Promotion des Jeunes ( CMPJ) de leur localité. Là-bas, ils devront déposer leur dossier qui sera composé d’une demande timbrée adressée au ministre de la jeunesse et de l’éducation, une copie de la carte d’identité nationale, un plan de localisation du domicile, une autorisation parentale pour les jeunes de moins de 18 ans et un numéro d’identification unique ( NIU). Une fois que le dossier est déposé, il va maintenant se poser le problème du suivi. C’est à ce niveau que les choses deviennent le plus souvent difficiles à cause parfois des lenteurs administratives. Une situation qui met en mal les personnes impatientes, qui à force d’attendre finissent par abandonner. Tout ceci à cause du mauvais service de certains agents de l’État qui découragent ceux qui avaient au départ l’intention de s’enrôler.  

Retrouvez la rencontre intégrale avec le MINJEC ICI

En dehors du comportement de certains fonctionnaires, il y a aussi un problème de communication. Beaucoup de jeunes au Cameroun n’ont jamais entendu parler de la carte jeune biométrique. Pourtant au MINJEC on affirme qu’un ensemble de canaux sont disponibles pour permettre aux jeunes d’avoir accès à toutes les informations. Malheureusement, ils sont focalisés sur des sujets qui n’ont rien à voir avec leur avenir. Dans un entretien accordé à Jeunesse Du Mboa, lequel est disponible sur YouTube. Les responsables du MINJEC ont fait savoir que ce n’est pas de leur faute si les jeunes ignorent l’existence de la carte jeune biométrique. 

À leur niveau, de nombreuses plateformes ont été créées que ce soit au niveau du digital ou en dehors afin de présenter aux jeunes toutes les opportunités que offre la carte jeune biométrique. Des émissions télé, radio, web, ou encore la presse écrite ont été mises à contribution pour relayer les informations. Mais ces derniers ne semblent pas prendre conscience de l’importance de la carte.  C’est vrai on peut reprocher à cette jeunesse un certain nombre de choses. Cependant, il faut aussi noter qu’elle n’est pas totalement responsable des griefs qui lui sont reprochés. Elle se sent juste désœuvrée, incomprise par les dirigeants qui n’utilisent peut-être pas la bonne méthode pour la rassurer. Malgré tous les reproches qu’on peut faire au gouvernement, il faut reconnaître tout de même les efforts qui sont mis en place dans le processus d’insertion sociale et économique des jeunes. Maintenant, il faut revoir l’approche afin de permettre aux deux parties de bien jouer leur partition. 

Charles Binelli

3 Comments

Add Yours

Laisser un commentaire