les débuts catastrophiques d’un avenir radieux

« Selon moi, un bon animateur est passionné de musique et de culture générale. De nos jours, c’est un technophile, multitâche, mais surtout une personne en contact permanent avec les gens, les réseaux sociaux et le web. »

Il est le profil type de ce que doit être l’animateur radio aujourd’hui, celui qui a non seulement une large culture sur l’actualité en générale, mais aussi celui qui sait au mieux utiliser les réseaux sociaux pour être en contact direct avec son audience.

Animateur radio dans la ville de Douala, Dickson Kondo est un jeune loup aux dents longues qui trace minutieusement son chemin afin de faire partie dans un futur proche parmi les meilleurs au Cameroun. Il sait qu’il a encore du chemin à faire, surtout dans une ville comme Douala où il est au milieu des meilleurs animateurs du moment, qui pour la plupart sont ceux qui l’ont encouragé à prendre cette voie.

Un peu discret pour un animateur culturel de sa trame, il nous a néanmoins accordé une petite interview que nous vous laissons le soin de découvrir.

Dickson Kondo en quelques mots c’est qui ?

Je ferai l’effort de me présenter en quelques mots (rires). Dickson est mon prénom, Kondo mon Nom de Famille. Je suis né à Douala où je vis encore d’ailleurs. J’ai fait des études en Communication Spécialité Médiatique. Je suis animateur sur Radio Estuaire 95FM entre 16h et 18h du lundi au vendredi, et Producteur de contenus médias et events pour « Connexion Media Show ».

À quel moment tu as fait le choix de devenir animateur radio ?

Après l’obtention de mon Baccalauréat, j’effectue des stages à Sweet FM, Radio Casmando et Radio Nostalgie. Des expériences enrichissantes qui vont me conforter dans l’idée de faire de ma passion mon métier. Tout ceci avec les encouragements des ainés de la profession comme Paul Mahel, Brice Albin, Didier Kouamo, Bonas Fotio, Falix Fetue, Anicet Simo…je leur dois beaucoup de choses, je ne peux malheureusement pas tous les citer.

Quel souvenir gardes-tu de ta première expérience radio ?

En un mot CATASTROPHIQUE. Le « coach » m’avait carrément mis sur le banc de touche un long moment après ce mauvais « match » (rires) C’était dans l’émission de stagiaires « Jeunesse Académie » sur Sweet FM. Heureusement je me suis servi de ce moment comme une force pour avancer et aujourd’hui j’en ris encore.

Pour toi, c’est quoi la recette pour être un bon animateur radio ?

Selon moi, un bon animateur est passionné de musique et de culture générale. De nos jours, c’est un technophile, multitâche, mais surtout une personne en contact permanent avec les gens, les réseaux sociaux et le web.

Après Radio Casmando, tu es aujourd’hui à Radio Estuaire où tu animes une émission culturelle. Tu peux nous en dire un peu plus sur ce programme ?

Il s’agit d’un programme quotidien centré sur les actus et tendances du moment. Du lundi au vendredi de 16h jusqu’à 18h sur 95FM Douala, ma mission est de divertir dans la bonne humeur, en interactivité avec les auditeurs, après une journée de dur labeur. Blagues, humour, défis, musique, interactivité… tous les ingrédients sont réunis pour faire passer un excellent moment sur Radio Estuaire. Un des produits de « Connexion Media Show » ma boite de production de contenus médias et events.

Avant de débuter ton émission, est-ce que tu as un rituel que tu as l’habitude de faire ? Si oui c’est lequel ?

La base c’est de préparer l’émission évidemment. Revue de la toile, confirmer la présence des invités, boucler sur les sujets à aborder de façon générale. Une fois que tout est ok, je vérifie tout le matos vu que je gère seul l’antenne.  Pour l’instant, il n’y a pas encore de technicien ou de réalisateur pour m’assister. Du One Man Show quoi !

Quand tu n’es pas à la radio, tu fais quoi ?

Généralement sur mon téléphone, à la maison, à un évent, discussion sur des projets, autour d’un pot avec des amis ou devant mon laptop à regarder des séries Netflix. Il faut avouer que je suis plutôt casanier.

Alors comment fait on en tant qu’ animateur radio comme toi qui résides dans une ville comme Douala où il y a des animateurs qui ont une forte audience ?

Difficile à dire, mais je pense que j’ai souvent eu la chance d’être au bon endroit au bon moment, de rencontrer les bonnes personnes, ce qui m’a permis de rapidement de me faire un petit nom auprès du public jeune.

Ce dont je suis vraiment fier, c’est d’avoir interviewé au cours de ma jeune carrière tant de talents locaux et internationaux, c’est extrêmement gratifiant. Bien que je ne pense pas être un travailleur acharné, il y a surtout beaucoup d’amour et de passion.

J’aime tellement ce métier que je n’ai jamais vraiment le sentiment de travailler, et puis je connais des gens qui travaillent beaucoup plus que moi. J’ai eu la chance de faire mes classes à la bonne école.

Pour un jeune qui veut être animateur radio, quel est le conseil que tu peux lui prodiguer ? 

Le conseil est d’apprendre au maximum sur les rouages du métier auprès de toute source d’information. Ce n’est qu’ainsi qu’il trouvera la force de se battre pour son avenir car le plus grand combat est contre soi-même.

Charles Binelli

Laisser un commentaire