Le Rachat de Guinness Cameroun : La fausse bonne idée ?

l’une de ses conséquences, c’est le monopole absolu de la SABC au Cameroun et dans les pays de la sous-région.....le groupe Castel en tant que leader pourrait à tout moment vouloir imposer les prix de ses produits.

Le groupe Castel réalise l’un de ses plus grands deals en rachetant les actifs de la Guinness Cameroun à la surprise générale de tout le monde. 

Depuis l’annonce du rachat de Guinness Cameroun, l’une des branches de Diageo par le groupe Castel. Une grande majorité de personnes, même les plus averties est restée perplexe quant à ce qui a conduit à cette opération. Un étonnement qui est d’autant plus profond, puisqu’il y a seulement quelques mois à peine, Guinness Cameroun organisait en grandes pompes une conférence de presse le 28 février 2022 pour célébrer ses 50 ans au Cameroun. 

Une cérémonie riche en couleurs au cours de laquelle, Mme Sarah Bakane Simo, directrice générale de ladite entreprise a dressé un tableau très élogieux des activités de Guinness Cameroun. Elle a rappelé que, malgré quelques contraintes liées au climat des affaires, l’entreprise a toujours su garder le cap pour l’atteinte de ses objectifs. Et qu’à l’avenir, elle compte continuer sur cette dynamique pour répondre aux besoins de sa clientèle. Seulement, quelques mois après, Diageo publiait un communiqué dans lequel il informait l’opinion de la cession totale de ses actifs au Cameroun au groupe Castel. 

L’information a eu l’effet d’une bombe, suscitant au passage des inquiétudes. On peut comprendre les réactions des uns et des autres, car cela se joue sur deux pôles.  La reprise d’une entreprise présente un avantage évident pour le nouveau propriétaire, surtout lorsque celle-ci ne se trouve pas vraiment en difficulté. C’est le cas avec Guinness Cameroun. Au niveau mondial l’entreprise occupe la quatrième place et en Afrique elle arrive à la deuxième position juste derrière le Nigeria. Pour le groupe Castel qui sera dorénavant au manette, c’est donc une bonne affaire puisqu’il reprend une structure qui a non seulement une bonne santé financière, mais aussi un bon positionnement. Au Cameroun seulement Guinness pèse 15 % du marché, et grâce à cette fusion, la SABC qui détient 74% de part va contrôler dorénavant 80% du marché camerounais.  

Les conséquences de la cession des actifs de Guinness Cameroun

Cependant, ce type de reprise peut aussi présenter beaucoup d’inconvénients qui, à terme, augmentent le coût initial et peuvent causer de nombreux soucis. Et l’une de ses conséquences, c’est le monopole absolu de la SABC au Cameroun et dans les pays de la sous-région. Ainsi avec la main mise dans ce grand marché qui touche aussi celui des spiritueux, le groupe Castel en tant que leader pourrait à tout moment vouloir imposer les prix de ses produits. Il faut dire qu’ à une certaine époque les rumeurs portant sur cette éventualité avait fait grand bruit au sein de l’opinion. Mais cela a été démenti plusieurs fois. Maintenant rien n’exclut que cela arrive surtout au regard de la flambée des prix des matières premières sur le marché à cause de la crise ukrainienne. 

L’autre conséquence du rachat de Guinness Cameroun et pas des moindres, c’est le gros manque à gagner que cela va causer dans les caisses de l’État. Installé au Cameroun depuis 1959 exactement, l’entreprise faisait partie jusqu’ici de la short liste des plus gros payeurs d’impôt. Une information confirmée par Emmanuel Difom à l’occasion de la cérémonie marquant le cinquantenaire de Guinness Cameroun. Le directeur financier a fait savoir que son entreprise reversait approximativement entre 500 à 600 millions de FCFA chaque mois à l’État. Des sommes qui pouvaient même augmenter parfois lorsqu’on tenait en compte d’autres taxes. 

Sur le plan social aussi, c’est aussi une énorme perte, car en tant que entreprise citoyenne, Guinness Cameroun débourse d’énormes moyens financiers et matériels pour venir en aide aux populations. Cela se traduisait par des dons en nature dans les hôpitaux, les bourses scolaires et autres. C’est donc la fin d’un grand partenariat privé et public qui s’achève ainsi, laissant derrière un bon nombre de projets qui ne verront plus certainement le jour. Du côté des employés du groupe, c’est aussi des interrogations quant à leur avenir au sein de la nouvelle équipe.

Même si le groupe Castel s’est montré rassuré en faisant savoir que les emplois seront préservés. Au fond, il n’est pas certain que tout le monde sera retenu ou aura encore l’envie de poursuivre l’aventure. Mais au-delà de la prise de contrôle de Guinness Cameroun par la SABC, il y a des non-dits qui restent encore sans réponses autour de cette transaction.

Et beaucoup pensent que c’est une manœuvre géostratégique qui vise à positionner la France dans le secteur brassicole qui connaît un boom au Cameroun. Êtes-vous aussi de cet avis ?

Charles Binelli

Laisser un commentaire