L’enfant au cœur du Développement Durable

Nous devons donner plus d’amour à notre communauté et cultiver l’entraide et la solidarité entre africains parce que nous sommes la génération consciente et l’Afrique de demain dépendra de notre engagement d’aujourd’hui.

Comment est né STERNA Africa?

Pour avoir été volontaire dans plusieurs organisations de la société civile pendant 6 années de suite, j’ai vu et observé beaucoup de choses durant mes différentes missions. La plupart des missions que j’ai effectuées en tant que volontaire m’ont rapprochées des enfants et des fléaux qui les minent. Mais mon aide ne pouvait durer que le temps de ma mission avec ses enfants, alors j’ai commencé à réfléchir à comment pérenniser mon soutien et mes actions envers eux sans pour autant être pressé par le temps ou la durée d’une mission.

L’idée de créer une organisation grâce à mes expériences, mes relations et mon vécu a commencée par émerger. Avec d’autres anciens volontaires, nous avons commencé par faire des activités un peu partout et en Décembre 2019, STERNA AFRICA est né.

Pourquoi avez-vous fait du développement durable votre mission ?

Adoptés par l’Assemblée Générale des Nations Unis le 25 Septembre 2015, Les ODD représentent un programme porteur de changement, axé sur l’être humain, et fondé sur les principes de transparence, de participation, et d’inclusion.

Ils sont importants pour nous tous car il nous incombe à chacun une part de responsabilité pour notre avenir et celui de notre planète. Sans objectifs précis et sans cibles mesurables, et en l’absence d’un ensemble de données nous permettant d’analyser la situation, notamment au niveau local, nous risquons de laisser les plus vulnérables de côté et de ne pas répondre efficacement aux difficultés qui entravent le développement et fragilisent notre planète.

La réalisation des ODD est donc la mission de tous les citoyens du monde sans distinction aucune et ce n’est pas un hasard si les gouvernements le mettent au cœur de leur politique. Nous ne pouvons que nous battre afin qu’ils soient atteints à l’horizon 2030.

En quoi consistent vos actions sur le terrain ?

Notre association étant d’abord une association de solidarité internationale, notre plus grande activité reste les chantiers de solidarité internationale que nous organisons pendant les vacances dans des villages et autres zones rurales. Ces chantiers sont effectués soit dans le domaine du social (animation, cours de vacance, des constructions ou réfections de salle de classe etc), culturel et environnemental. Mais la plus importante des activités de STERNA AFRICA restera la célébration de la JOURNÉE MONDIALE DES ENFANTS du 20 Novembre.

Cependant, tout au long de l’année nos volontaires sont sur le terrain pour des sensibilisations, des animations, des causeries avec les enfants, des donations aux orphelinats et centres d’accueils, des appuis aux familles pauvres à la limite de nos moyens et bien sûr la négociation incessante avec des artisans en vue d’une réinsertion des enfants de la rue qui ne voudraient plus retourner à l’école.

Vous êtes aujourd’hui présents dans 4 pays d’Afrique, Les problématiques sont-elles identiques ?

Bien sûr que non, au Bénin et en Côte d’Ivoire par exemple, le climat politique nous a permis de vite nous installer et de commencer nos activités en nous appuyant sur les lois en vigueur.

Mais c’est fortune diverses au niveau des autres antennes, bien que n’étant pas encore très actif au niveau du Burkina-Faso et du Congo-Brazzaville compte tenu de la situation socio-politique dans ces pays et de la stratégie à adopter afin que nos actions y soient plus efficaces et déterminantes pour les enfants de ses deux pays dont la réinsertion des enfants soldats reste notre objectif ultime.

Nous cherchons toujours le moyen de rendre nos actions utiles aux enfants de ces communautés et la crise sanitaire actuelle nous a beaucoup ralentis aussi.

Comment adaptez-vous vos actions aux réalités locales ?

Notre domaine d’activité étant la protection et la défense des droits des enfants, nous avons toujours pu réagir efficacement face aux différentes réalités que nous rencontrons dans les régions où nous agissons.

Notre plus grand atout reste notre équipe de volontaires prêt à tout et répondant toujours favorablement à toutes les missions qui leur sont confiées. Notre force c’est notre équipe et avec elle nos actions restent pertinentes et importantes peu importe la réalité en face.

Quelles sont les critères de sélection pour le pays d’implantation ?

Nous n’avons pas de critère de sélection, pour l’instant nous en sommes à ces quatre pays parce que nous y avons des volontaires et des gens pour nous aider financièrement et matériellement pour que nos actions soient utiles aux communautés, mais le but pour nous c’est de rallier toute la jeunesse africaine à notre cause et donc une implantation dans plus de pays en AFRIQUE.

Nous n’avons pas choisi ce nom au hasard, les sternes sont des oiseaux migrateurs qui parcourent plus de kilomètres que tout le règne animal, pouvoir répondre à tous les besoins avec nos maigres moyens et ce, partout en AFRIQUE, c’est cela le but, d’où le nom « STERNA AFRICA ».

Comment devient-on Volontaire chez STERNA ?

Nos volontaires sont choisis suite à un recrutement saisonnier que nous lançons, ensuite ces derniers sont soumis à un entretien afin de nous assurer qu’ils savent ce pourquoi ils veulent s’engager et de déterminer aussi leurs motivations.

Les volontaires retenus suivent sur une période de deux mois une formation sur la notion de volontariat et de chantier de solidarité internationale, une formation couronnée par un texte à la suite duquel les admis reçoivent une attestation avant d’être invités à remplir les formalités d’adhésions à notre association et d’aller sur le terrain avec nous. Voilà pourquoi nos volontaires sont les meilleurs.

Avez-vous un message pour la jeunesse Du Mboa ?

Comme je le dis toujours à mes volontaires, nous sommes le visage de l’Afrique. Nous devons donner plus d’amour à notre communauté et cultiver l’entraide et la solidarité entre africains parce que nous sommes la génération consciente et l’Afrique de demain dépendra de notre engagement d’aujourd’hui.

Je les invite donc à soutenir les initiatives humanitaires et à s’engager massivement au volontariat car, plus on sera nombreux à aider les gens, moins il y aura de misère sur notre continent.

Catherine Assogo

Laisser un commentaire