Le diabète : un tueur silencieux

Le 14 novembre est une journée dédiée à la sensibilisation contre le diabète, un tueur silencieux qui ne cesse de faire des ravages au sein de la population à travers le monde.

Le taux de personnes atteintes du diabète au Cameroun avoisine la barre de 12% d’après les chercheurs, mais si rien n’est fait, 80 % de personnes vivront avec cette maladie d’ici 2035.

Le 14 novembre est une journée dédiée à la sensibilisation contre le diabète, un tueur silencieux qui ne cesse de faire des ravages au sein de la population à travers le monde. Selon l’OMS, on recense 190 millions de diabétiques dans le monde, soit six fois plus qu’il y a 15 ans. Avec une prévalence de 12 %, le Cameroun n’est pas épargné par cette épidémie, révèle le magazine Santetropicale.com. Elle touche les personnes âgées et moins âgées. La maladie se manifeste le plus souvent par une fatigue récurrente, une bouche sèche et une envie constante d’uriner. Des signes que beaucoup ne prennent pas malheureusement en compte.   

Ce n’est qu’au cours d’un examen demandé par le médecin que beaucoup de personnes découvrent qu’elles sont atteintes par la maladie. Soit par le type 1 ou le type 2. Pourtant, une simple prise de sang ou d’une piqûre au bout du doigt ( glycémie capillaire) aurait suffi à dépister la maladie plutôt. Face aux coûts élevés des soins, le gouvernement camerounais a décidé depuis plusieurs années de mettre à la disposition des jeunes de moins de 21 ans atteints du diabète de type 1, le traitement gratuit contre la maladie. Une prise en charge qui s’étend aux frais d’hospitalisation et à la mise à disposition du matériel pour contrôler au quotidien la glycémie.

Le diabète est une maladie caractérisée par une hyperglycémie chronique  c’est-à-dire une très grande concentration du sucre dans le sang ou même une hypoglycémie. Plusieurs facteurs sont à l’origine de cette maladie qui prend de l’ampleur et cela inquiète les scientifiques au Cameroun. D’après les études menées par ceux-ci « Des spécialistes estiment à environ 6% la prévalence du diabète chez l’adulte en milieu urbain au Cameroun, avec une augmentation prévue de 80% du nombre de personnes vivant avec cette pandémie d’ici à 2030 si rien n’est fait », fait savoir agafe.org. D’où un appel à plus de vigilance au quotidien à l’endroit des usagers. 

Charles Binelli

Laisser un commentaire