Manuela Ngako, promotrice de la marque de produits capillaires « Nhaya »

Réaliser mon rêve et redorer le cheveu texturé. Il est beau, mais pas suffisamment mis en valeur

Camerounaise d’origine, Manuela Ngako est une chimiste de profession qui a lancé une marque de produits capillaires pour les femmes. Passionnée par les cheveux, c’est au cours de ses travaux de recherches en vue de l’obtention de son diplôme que la jeune ingénieure développe son idée.

Après avoir défendu avec brio son mémoire devant un jury et animée par une envie de réaliser son rêve, elle décide de mettre en pratique le fruit de son travail. Malgré les multiples essais qui qui vont se solder par des échecs, elle ne va pas se laisser abattre, au contraire, elle va continuer à bosser jusqu’à trouver la bonne formule.

Aujourd’hui, sa marque est en train de se faire connaître progressivement auprès de la diaspora africaine. Bientôt une enseigne verra le jour au Cameroun. 

Qui est Manuela Ngako ?

Manuela Ngako est la créatrice de Nhaya Cosmetics. C’est une chimiste de profession passionnée par les cheveux, et qui avait pour rêve de créer un jour sa propre marque de produits capillaires.

Comment l’idée de la marque « Nhaya » a vu le jour ?

En 2013, au cours de mon année de licence de chimie, je devais réaliser un projet d’entreprise. Fervente de cosmétologie, j’ai naturellement choisi comme sujet la création d’une marque de produit cosmétique. Je l’avais appelée « Khaya » qui signifie l’acajou du Sénégal, c’est un arbre robuste et majestueux qui symbolise l’esprit de la marque. À cette époque, j’avais déjà l’idée d’en faire une marque bio, mais je n’avais pas encore défini sa composition. Au cours de mes multiples voyages en Afrique, j’ai fait la découverte de différents ingrédients aux vertus incroyables qui m’ont aidé à formuler mes produits actuels. En 2019, j’ai repris mon projet initial en passant de « Khaya » à « Nhaya », car j’ai voulu apporter la touche Naturelle au nom de la marque. Puis, j’ai profité du confinement pour élaborer les premiers échantillons que j’ai fait tester à mon entourage jusqu’à trouver les formules définitives.

En vous lançant dans cette aventure, quel était votre état d’esprit ?

Réaliser mon rêve et redorer le cheveu texturé. Il est beau, mais pas suffisamment mis en valeur, mon objectif a donc été de trouver la formule adéquate pour l’embellir davantage. Pendant près de 6 mois j’ai testé encore et encore des formules différentes afin de trouver celles qui me convenaient le mieux. J’étais vraiment déterminée et me répétais sans cesse « je vais sortir ces 3 produits ».

Pour financer votre projet avez-vous utilisé des fonds propres ou faire recours à un emprunt ?

J’ai fait les deux. Le début du projet, je l’ai réalisé sur fond propre puis j’ai eu recours à un emprunt.

Votre jeune entreprise compte combien d’employés ?

Pour l’instant l’entreprise ne compte que moi. Je suis un peu comme un « couteau suisse », j’ai appris de manière autodidacte, le métier de web designer, comptable, marketing et communication que je continue d’apprendre. En espérant obtenir un plus grand budget prochainement, j’aimerai par la suite me perfectionner grâce à des formations dans les différents domaines mentionnés. Ceci me permettra de faire grandir Nhaya Cosmetics.

Quels sont les différents formats de la marque « Nhaya » ?

Dans cette toute première gamme de produits on retrouve un shampoing, un masque et un leavein (Crème sans rinçage) qui ont chacun une contenance de 250 mL.

Quel est le processus de distribution de la marque depuis sa fabrication jusqu’au client final ?

Les produits sont en ventes sur le site internet https://www.nhayacosmetics.com mais également dans certaines pharmacies*, on s’implante petit à petit.

À combien s’élève le prix de la gamme ?

La gamme complète s’élève à 65,70€, mais les produits sont également vendus individuellement.

Quelle est la stratégie que vous utilisez pour faire connaître la marque « Nhaya » ?

Pour me faire connaître, j’ai beaucoup recours aux réseaux sociaux notamment les pages de « Consommateurs africains ». Étant camerounaise d’origine, J’ai vraiment à cœur de faire

Découvrir mes produits auprès de la communauté africaine.

Le produit est aussi disponible en Afrique ?

Les produits ne sont pas encore disponibles à la vente en Afrique, mais je mets tout en œuvre pour une implantation dans un premier temps au Cameroun en 2022.

Aujourd’hui de nombreuses marques africaines sont en train de gagner progressivement le marché de la cosmétique. Face à cette concurrence, comment la vôtre compte se démarque ?

J’apprécie le fait que de nombreuses marques africaines prennent de l’ampleur sur le marché de la cosmétique. Ma singularité est que je me suis vraiment inspirée de plusieurs pays d’Afrique pour mettre en avant les matières premières du continent et en faire des produits de qualité. Par exemple, on retrouve du bogolan sur packaging ou encore le beurre de karité dans les produits. Soucieuse de l’environnement j’ai aussi voulu obtenir la certification bio pour mes produits. Le fait d’avoir ces 2 cultures (française et camerounaise) m’a permis de créer une marque qui touchera tous les continents.

En tant que jeune entrepreneure, quels sont les défis auxquels vous faites face dans votre secteur d’activité ?

Il y a des marques de cosmétiques capillaires qui sont implantés depuis longtemps. Le challenge est donc de réussir à gagner la confiance des clients en leur proposant de la nouveauté qui pourrait tout aussi bien leur convenir, voire dépasser leurs attentes.

Comment arrivez-vous à gérer vos autres activités par rapport au projet « Nhaya » ?

En toute honnêteté, c’est très difficile d’associer les deux. Je suis autant passionné par mon travail que mon projet car ils sont complémentaires. Mon travail m’apporte beaucoup de connaissances que j’exploite dans ma marque Nhaya. Il est donc primordial d’être organisé ! En journée je travaille au bureau en soirée je travaille pour Nhaya.

Quel est le message que vous pouvez partager avec les autres jeunes qui se démarquent lors de leurs soutenances avec des projets impressionnants, mais qui n’arrivent pas les implémenter ?

Ne changez pas de projet changez votre méthode ! Si vous croyez en votre projet, persévérez . Lorsque le plan A ne fonctionne pas, n’arrêtez pas votre projet essayez le plan B.

Quel est votre objectif d’ici les cinq prochaines années ?

Développer plus de points de ventes en Afrique et à l’international. J’aimerai également créer davantage de gammes, pour proposer plus de choix au différents cheveux texturés (cheveux fins, épais, poreux).

https://www.nhayacosmetics.com/

Charles Binelli

23 Comments

Add Yours

Laisser un commentaire