Les Figures De La Résistance à L’Aune Des Réseaux Sociaux

Il existe sur les réseaux sociaux beaucoup de personnes qui se présentent comme les porte-paroles des idées contestataires. L’un des plus connus c’est notamment Kemi Seba qui se veut comme le défenseur d’une certaine vision de l’Afrique et de l’africanité.

Thomas Sankara, Patrice Lumumba, Ruben Um Nyobé sont tant de noms qui reviennent très souvent dans les discours et propos tenus par la jeunesse africaine et afro descendante. Ces figures tutélaires font partie de ce socle politique et idéologique qui semble guider une partie de cette jeunesse qui se veut consciente de son histoire et de sa place dans le monde. 

Il est intéressant de constater que ces figures sont aujourd’hui beaucoup plus citées et revendiquées qu’elles ne l’étaient il y a quelques années. La question ici est d’essayer de comprendre cette évolution et surtout leur place dans l’imaginaire collectif actuel. 

Il est aujourd’hui difficile, pour ne pas dire impossible, de parler d’Afrique, de militantisme sans se voir citer Thomas Sankara ou Patrice Lumumba. Ils font partir, avec Um Nyobè, Nkwame Krumah, Nelson Mandela, de ces illustres personnages qui ont marqué de leur empreinte l’histoire de l’Afrique et des populations noires. 

Au sortir des indépendances africaines, les pays qui étaient sous le joug français ont vu accéder aux fonctions suprêmes des personnalités choisies par les anciens colons. Ainsi, au Cameroun il y a eu Ahmadou Ahidjo, au Sénégal Léopold Sendar Senghor, en Côte d’Ivoire Félix Houphouet Boigny pour ne citer que ceux-ci. 

Ces dirigeants ont été choisis par l’ancienne puissance coloniale et ils avaient la délicate mission de tout refaire sans rien changer. Les populations voulaient profiter de la vague de liberté née des indépendances alors même que les anciens colons souhaitaient le statu quo et des avantages (accès préférentiels aux matières premières, débouchés pour les produits occidentaux, etc) permanents. 

L’histoire a montré les liens très forts et tendancieux entre ces dirigeants africains et la France. Le désamour des populations pour leurs dirigeants est né de cet écart entre les attentes nées des « indépendances » et l’exploitation à sens unique des anciennes colonies. 

C’est dans la brèche de ce désamour et d’une volonté de lutter contre les indépendances de façade qu’apparaissent les figures comme celles de Sankara, Lumumba ou Um Nyobè. Ils ont chacun des fondements idéologiques différents mais ils sont tous les trois des fervents défenseurs de la liberté totale et sans condition de leurs pays. 

Plusieurs décennies après, leurs idées demeurent et sont aujourd’hui très à la mode. 

Les diaspora africaines actuelles sont, pour certaines, très engagées politiquement. Il s’agit de populations qui vivent dans les pays occidentaux où les notions de liberté sont très prégnantes contrairement à ce qui a cours dans leurs pays d’origine. 

Ce constat sans appel a conduit les populations de la diaspora à faire certains griefs aux dirigeants de leurs pays d’origine à savoir l’exploitation de la majorité par une minorité, le fonctionnement sous le joug des anciens colons, le sous-développement humain et économique des Etats, etc

Tant de points qui étaient déjà soulevés par ces figures historiques citées plus haut. 

Plusieurs décennies après, les axes de contestation de Sankara ou Lumumba sont toujours d’actualité et exacerbées de par la comparaison avec le niveau de liberté dans les pays occidentaux. 

Le discours de ces figures, qui défendaient une certaine vision de l’Afrique et de leurs pays, est encore plus d’actualité aujourd’hui avec les différentes situations vécues par les populations. 

Il existe sur les réseaux sociaux beaucoup de personnes qui se présentent comme les porte-paroles des idées contestataires. L’un des plus connus c’est notamment Kemi Seba qui se veut comme le défenseur d’une certaine vision de l’Afrique et de l’africanité. 

https://www.challenges.fr/assets/img/2020/06/26/cover-r4x3w1000-5ef65e54175e3-94cba6f80e4de6dcda66e323525f4774654ef383-jpg.jpg

Le dénominateur commun à tous ces activistes c’est une certaine vision de l’Afrique libre de toute domination occidentale. Vision qui a été défendue depuis plusieurs années par d’illustres personnalités et qui malheureusement demeure un vœu pieux qui a du mal à se réaliser. 

La révolution n’est donc pas nouvelle, les idées ne le sont pas non plus mais il est très intéressant de voir la seconde vie qui est aujourd’hui donnée à ces illustres hommes qui restent encore assez méconnus et gommés des histoires de leurs pays d’origine. 

Yann Elimbi

7 Comments

Add Yours

Laisser un commentaire