Pour ses 50 ans, UCB rend hommage au peuple camerounais

Sur le plan de l’éducation, l’UCB comme par le passé va primer l’excellence en offrant aux dix meilleurs bacheliers du Cameroun des bourses d’études de premier cycle dans les meilleures universités du monde.

Fondée par Joseph Kadji Defosso, l’union Camerounaise des Brasseries a décidé de célébrer son cinquantenaire sous le signe de la reconnaissance à l’endroit de toutes les personnes qui ont œuvré pour sa réussite. 

Les années 60 et 70 marquent un véritable tournant au Cameroun. C’est important de le rappeler. C’est la période des grands changements au cours de laquelle de nombreux hommes d’affaires camerounais se démarquent dans les secteurs qui autrefois étaient sous la domination des colons. Joseph Kadji Defosso fait partie de cette nouvelle élite dynamique. Avec plusieurs cordes à son arc, l’industrielle développe plusieurs activités dont l’Union des Brasseries du Cameroun. Au fil du temps l’entreprise va prospérer et devenir un fleuron de l’industrie brassicole au Cameroun. Une prouesse qui va même inspirer l’un des slogans publicitaires de la marque à une certaine époque « Il a fallu du temps ». Cinquante ans plus tard, ce temps est alors venu pour célébrer l’œuvre de cet entrepreneur avant-gardiste qui s’affirme aujourd’hui comme un patrimoine national et ça se fête !

C’est un demi-siècle d’histoires et d’innovations. Un pacte social entre l’entreprise et ses consommateurs qui dure. Pour cet anniversaire bien mérité, le top management de l’entreprise UCB a bien voulu le renouveler en conviant ses différents partenaires à une conférence de presse mercredi 14 septembre 2022. Une bonne brochette en tout cas. La rencontre s’est tenue au K-hôtel, une structure hôtelière qui appartient au groupe Kadji et qui est située en plein cœur du quartier administratif Bonanjo.

Il faut noter que depuis sa réouverture, cette d’autre entreprise qui porte majestueusement le nom de son fondateur s’est rapidement positionnée comme une référence dans le secteur hôtelier au Cameroun, en offrant à ses convives des expériences mémorables. C’est donc dans ce cadre luxueux, plus précisément au niveau de son bar aux allures chic et glamour qu’ont été présentées toutes les initiatives que l’Union des Brasseries du Cameroun compte mettre en place sur le court et le long terme pour célébrer en grande pompe son cinquantenaire. 

L’évènement n’a pas échappé à dame pluie qui s’est aussi invitée ce jour, en signe de bénédiction, même s’il faut reconnaître que c’est la période des grandes averses. Du coup, la rencontre qui avait été prévue à 10 heures a finalement débuté plusieurs heures après. Malgré ce léger impair, les choses sont revenues à la normale une fois que le directeur général et sa suite ont fait leur entrée dans la salle.

Sous la direction de la modératrice du jour, la première prise de parole a été donnée à Monsieur Jacques Derce Mouen, directeur marketing de UCB. En quelques mots, il a remercié toutes les personnes qui se sont déplacées pour assister à ce grand moment qui marque la fin d’une époque  et le début d’une nouvelle qui se veut plus ambitieuse tout en restant dans l’esprit de celui qui a porté toute sa vie ce projet. 

Des propos similaires qu’on retrouve chez le directeur général dans son allocution devant les hommes de médias. « UCB est une entreprise camerounaise et fière de l’être parce que c’est une source de patriotisme national. C’est une fierté pour les camerounais car depuis 50 ans qu’elle a été créée par Joseph Kadji Defosso, elle continue à donner aux consommateurs camerounais les produits de qualité. Pour nos 50 ans, nous célébrons les consommateurs, nos partenaires et les communautés. Dans les cinquante prochaines années, UCB va continuer à soutenir les communautés comme elle fait depuis longtemps avec la distribution d’eau dans les quartiers, dans l’éducation et la culture » fait savoir Austin Ufomba. 

Ainsi, on note que pour la célébration de ce jubilée d’or, l’Union camerounaise des Brasseries a mis sur pied une campagne intitulée « Raise your Glass » qui veut dire en français « levons nos verres ». En effet, il s’agit pour la marque de marquer un arrêt pour rendre hommage à toutes les personnes qui ont participé à l’ écriture des belles pages de son histoire. Des hommes et des femmes qui ont porté haut les idéaux de la société depuis sa fondation, les clients qui ont su rester fidèles, les partenaires et les ambassadeurs qui ont partagé les valeurs de la marque auprès de leur fan base. Au cours de la conférence, l’assistance a pu visionner en exclusivité les premières images d’un court-métrage sur revient sur les cinquante ans de l’UCB. La fiction sera mise à la disposition du grand public très bientôt. 

Avec la coupe du monde qui arrive à grands pas, l’entreprise a décidé de remettre des cadeaux à ses employés, ses clients et ses partenaires.  Il y aura aussi une tombola qui va être lancée pour permettre à quelques heureux gagnants d’aller vivre l’événement sur place. Et ce n’est pas tout, durant la compétition des stands seront installés un peu partout pour donner l’opportunité aux fans du football d’encourager les différentes équipes en l’instar de celle des Lions Indomptables. Sur le plan de l’éducation, l’UCB comme par le passé va primer l’excellence en offrant aux dix meilleurs bacheliers du Cameroun des bourses d’études de premier cycle dans les meilleures universités du monde.

L’autre bonne nouvelle concerne le domaine culturel. L’entreprise qui est un grand consommateur d’ œuvres musicales entend bien faire encore mieux pour les artistes en leur offrant des espaces pour valoriser leur art. Une information qui a fait sauter de joie un artiste bien connu de la place qui prenait lui aussi part à la conférence. Une joie qu’il n’a d’ailleurs pas su contenir puisque lors des échanges il a remercié les dirigeants de l’UCB d’avoir payé les droits d’auteurs des artistes. D’autres domaines culturels vont aussi bénéficier de cet accompagnement que l’UCB va mettre à la disposition des artistes. On peut donc retenir que pour les cinquante prochaines années, l’Union des Brasseries du Cameroun entend bien se positionner comme l’entreprise qui fabrique le champagne du peuple. Et ça vaut un toast !  

charles Binelli

Laisser un commentaire