ATOME, Le Jean-Baptiste de la Blogosphère Camerounaise.

La révolution du digital dans la communication et le marketing est pour Voila Moi Consulting l’avenir du métier, et la préoccupation principale de son promoteur avec comme pour principale atout la créativité.

Jeune talentueux et ambitieux, Alain  Youdjeu aka Atome est un jeune virtuose de la blogosphère camerounaise. Débuté rappeur par passion, poursuivie communicateur et blogueur par force du destin et devenu  entrepreneur par ambition,  tel est le parcours coloré de l’enfant d’Africa aujourd’hui fondateur  de l’agence de communication Voila Moi Consulting.

En trois ans d’existence seulement, Voila Moi consulting  a  su s’imposer au Cameroun par ses résultats brillants. Rien de surprenant lorsque l’on sait l’acharnement de son promoteur pour le travail bien fait et son gout pour l’innovation qui font sa particularité. Sa déesse aux cent bouches  à la taille du cou d’une girafe provient  surtout de l’efficacité de ses stratégies  et de la pertinence  de ces contenus  surtout dans le domaine de la musique avec ses analyses ad hoc.

La révolution du digital dans la communication et le marketing  est pour  voilà-moi consulting l’avenir  du métier, et la préoccupation principale de son promoteur avec comme pour principale atout la créativité.  

Voilà  Moi n’ayant plus rien à prouver, mais tout à donner, il était tant de tenir la main de la nouvelle génération, d’inculquer l’esprit de créativité et d’innovation  à la relève.  Les ateliers de formation chez voilà moi consulting  mis sur pied à  dessein, dans le but de préparer la nouvelle génération des *digitalers  (pardonnez le barbarisme…lol), se multipliant   au vu de la demande sans cesse grandissante,  sont une niche de savoir pour toute personne désirant se lancer dans la communication et le marketing digital.

Du content writting, community manager, social média manager  au marketing proprement dit, toute la gamme est disponible pour former de vrais guerriers dans ces domaines.

Le but étant de rendre le domaine compétitif, crédible et augmenter sa rétribution. Le plus intéressant  c’est la méthode utilisée pour transmettre ce savoir. L’apprentissage par l’action, ou sur le terrain. Les ateliers sont pratiques, on apprend en touchant la chose du doigt et les exercices se font également sur le digital, histoire d’appliquer  les techniques et méthodes et voir ce qui est le plus convenable. L’ambiance gracieuse  et  béante qui règne durant les sessions   favorise davantage l’apprentissage.

 Le blogging est la pierre angulaire qui, espère-t-il, deviendra  la principale de l’angle dans la promotion de l’image et des produits  des entreprises et personnalités publiques. 

Ayant moi-même pris part à une de ces sessions, je peux attester du professionnalisme avec lequel les connaissances nous  étaient données. Tenez-vous tranquille, Atome arrivait même souvent avant nous. Vous imaginez-vous? L’enseignant qui vient attendre les élèves. Surtout que cette session avait été organisée uniquement pour moi (je ne te l’ai peut-être pas dit, merci Atome.), bien que Sandy (une rédactrice de voilà moi avec qui j’ai passé de bons moments et je profite d’ailleurs pour lui passer un coucou. Coucou Sandy !).

Honnêtement en y allant (j’avais fait le déplacement de Yaoundé pour Douala uniquement pour cet atelier), j’avoue que j’avais des appréhensions et je me demandais comment serait la rencontre avec Atome. Oui oui, je suis fan d’atome depuis 2017.

Pour la petite histoire j’étais dans un groupe de jeunes la Young Empire (je leur passe aussi à tous un coucou), et un jour nous avons reçu Bonteh Engelbert le King B, il nous parlait du blogging et avait fait des éloges sur Atome, et dans ma curiosité, je l’ai retrouvé sur internet et j’avais commencé à le suivre bien que je n’étais pas constante sur son blog.  Déjà que j’avais galéré à trouver un logement parce que je voyageai à la hâte, de plus j’étais arrivée à Douala à 3h du matin sous une pluie battante heureusement mon ami Choupie était là et avait bravé cette averse pour venir me chercher (merci encore Choupie).

Jour 1 : Prise de contact.

Le lendemain, en plus d’avoir abîmé ma belle tennis à force de marcher dans l’eau sous une averse la veille, j’avais encore miséré pour rejoindre les locaux de voilà-moi consulting à Ange Raphael. Étrangère dans la ville et Choupie ne pouvant m’y conduire à cause de ses occupations professionnelles, je devais me débrouiller toute seule.

Et misère, il pleuvait. Encore. Les habitants de Douala me fascinent. La pluie ne  les empêche pas de vaguer à  leurs occupations, les rues sont bondées de monde. A Yaoundé quand il pleut on s’abrite, et si c’est le matin on ne sort pas, on dort. Donc, le premier le jour après avoir braver tous ces obstacles, je me suis pointé chez voilà-moi et j’étais en retard. Evidemment qu’Atome était déjà là. C’était super le premier jour, à une exception près.

Saviez-vous que le Rap est la muse d’Atome ? Eh bien se fut ma première leçon,  écouter du rap. Sincèrement ce jour je commençais à me demander ce que j’étais venu chercher à Douala. Je n’en revenais pas, pour améliorer ma plume je devais écouter du rap ? Seriously ?! De plus Monsieur trouve que mon style est plus classique et journalistique et pas adapté aux habitudes des jeunes et mes textes trop longs. Genre Nadia baisse le niveau. Heu, quand est-ce que je l’ai élevé d’abord ? En gros je devais, ou je dois écrire de sorte que même le ghetto Man puisse me lire sans être frustré. Ma plume selon lui, souffrait également d’un manque accru de créativité. Excuse-moi Atome, mais là c’est moi que tu frustrais.

JOUR 2 : début de la formation

Le jour suivant,  ni moi ni Sandy n’étions venues avec nos laptops et après nous avoir passé un savon, il m’a gentiment rappelé combien c’était pénible pour lui d’organiser une formation uniquement pour une personne et de surcroît qui refuse de payer le prix requis pour cela. Vous ai-je dit qu’Atome et moi avions longuement discuté sur le prix de ma formation ? Lol, c’est vrai que je suis une Béti au sang Bamiléké en ce qui concerne l’argent, mais Atome excuse-moi tu aimes trop l’argent. Après tout j’ai fait le déplacement, j’ai bien droit à quelques faveurs. Donc après les remontrances, nous sommes entrés dans le vif du sujet.

Après avoir parcouru tout ce qu’il y avait à savoir sur le blogging, nous avons eu une séance pratique de rédaction d’un article. Résultat : zéro macabo ! Il a nous dit que nous étions nulles, sans créativité, sans cohérence  et n’en parlons du style, nos textes étaient sans punchlines. Vous voulez vraiment savoir ce que j’ai pensé à ce moment ? Non, vaut mieux pas

JOUR 3 : Ma Revanche

Après deux jours de frustration, j’étais déterminée à montrer à ce petit bout d’homme que j’en valais la peine, que j’en avais de la matière parce que oui, j’en ai de la matière. Sans toutefois me couvrir de fleurs. Après une nuit longue et blanche, je l’avais ma Revanche. Et j’étais à l’heure pour une fois. Après m’avoir  fait lire mon texte, atome a trouvé ma lecture sans émotion. En plus de mes nombreux manquements, il venait d’ajouter le manque d’émotion dans la lecture. Je parle ou c’est mieux que je me lave les mains ? Avoir deux lectures supplémentaires, il me complimenta.

Enfin ! J’avais bien assimilé mes leçons et parait-il j’ai de la matière. Je vous avais dit que j’en avais n’est-ce pas. La deuxième leçon s’était bien déroulée et j’étais super contente de l’avoir fait boucler à Atome.  Ma formation se terminait ici, mais avec son grand cœur, Atome décida de me faire profiter de la session qui était programmée le lendemain samedi au cas où je resterais à Douala. Avec plaisir mon cher.

JOUR 4 : Le bonus

Donc, samedi avec toute la fatigue du « njocka » (attendez, donc j’allais quitter Douala sans profiter de ses délices ? mais c’est mal me connaitre), je me pointe en retard comme toujours (il n’y avait que Sandy pour arriver après moi). Nous étions six au total, et Atome avait décidé de me chercher les poux sur la tête. J’aurais bien aimé lui dire que de nos jours on n’en trouve plus, et qu’il devait plutôt me gratter les pellicules, mais j’étais trop fatiguée pour le faire.

Au programme, élaboration d’un plan de communication et de marketing sur les réseaux sociaux (social média management, community management). J’avoue ne pas avoir bien assimilé certains points ce jour, mais c’était dû à la fatigue. Dormir à 3h après avoir parcouru la moitié de Douala, dansé, bu, mangé les pizzas et fumé la chicha (okay ça va j’essayais seulement) et se lever à 8h pour acquérir les connaissances jusqu’à 16h, j’avoue que je m’étais surprise.

Je ne pensais pas pouvoir tenir. Ce jour l’ambiance était particulièrement avenante. Après la théorie la pratique comme toujours. On apprend sur le terrain, les théories ne servent pas à grand-chose. On devait s’exercer sur Prisca, la spécialiste du marketing désinvolte qui selon Atome nous déconcentrait.

Il était question d’étudier le sujet et de proposer des solutions, c’était super cool. Surtout pour nous qui menions l’étude.  Et à la fin il était question de définir les profils.

Voici mon profil selon Atome :

Exigeante (respect et confort), complexe (difficile, pour employer son expression et tous les autres étaient de cet avis (i don ’t know why.), et du genre à me classer si je l’appelle « ma chérie ».

J’ai oublié de mentionner mon principal problème avec Atome. Il ne voulait pas que je le vouvoie et moi je ne voulais certainement pas qu’il m’appelle « ma chérie ».  J’ai appris à catégoriser mes relations, et puisque tu es une relation professionnelle, et  à moins qu’on ne devienne amis, Monsieur Alain Youdjeu veillez m’appeler Madame.

Donc at the end of the day, j’ai été plutôt agréablement surprise par la simplicité, l’humilité et l’allure avenante de mon formateur. Et plus que je ne l’imaginais, j’ai énormément appris. Et si l’expérience était à renouveler, je n’hésiterais pas une seconde à condition  que j’ai mon respect et le confort désiré bien entendu…lol. J’ai rencontré des personnes intelligentes, ambitieuses, curieuses et déterminées. Je peux vous assurer qu’Atome prépare une armée de gladiateurs du digital. Soyez prêt à entrer dans l’arène et pas surpris de vous faire décapiter.

Cet article vous l’aurez remarqué est différent de ce que j’ai l’habitude de produire. J’ai décidé de mettre à exécution les enseignements reçus. Soyez donc indulgent et non déçu. Et j’espère que cette fois je recevrais une note qui me donnera le sourire.

Qui est Atome pour moi ?

Une personne bourrée de talent, ayant porté avec bravoure et férocité la couronne d’épines qu’est la vie. Une personne ayant tellement à donner, seul son parcours est assez motivateur. Une personne d’une sobriété qui surpasse la modestie. Une personne avec une vision révolutionnaire. Non. En fait c’est lui le révolutionnaire. Ou mieux, le précurseur d’une grande révolution qui se dessine de plus en plus dans la blogosphère camerounaise.

Et tel jean baptiste venu préparer le chemin du christianisme au prix des insultes et de la non-reconnaissance voir même du mépris aigu de la population et même de certains de ces compères,  Atome espère désherber le  chemin à la nouvelle génération  afin que ces derniers aient  en partage les fruits  de ce métier aussi passionnant qu’unique. 

Les ateliers de formations  de Voila Moi Consulting  sont semblables aux sessions de baptêmes que donnait Jean-Baptiste en son temps.  Le messie ne tardera pas à immerger des eaux très bientôt pour  apporter la rédemption des blogueurs et communicants du digital.

  Nadia Edzengte.

2 Comments

Add Yours
  1. 1
    AHMED RAZAK ABOLO

    C’est cool mais de GRÂCE évite de trop faire la diversion mais dans la globalité c’est canon j adore AHMED RAZAK ABOLO COMMUNITY MANAGER/BLOGUEUR

Laisser un commentaire